L’ODYSSEE DE CARTIER: Benoit Revilliod – VFX Supervisor – Digital District


[lang_fr]Pouvez-vous nous expliquer votre parcours?
Mon parcours est celui d’un autodidacte.
J’ai commencé à vouloir faire de la synthèse en classe de seconde en rencontrant un passionné. On a fait nos premiers films avec 3D Studio 2.0 sous Dos. Deux années plus tard, on a eu une silicone avec Alias et là, ce fut la révélation!
Dès que j’ai eu assez d’images à présenter, mon but a été d’intégrer une vraie boîte d’effets spéciaux 3D, pour me former de manière professionnelle.
J’ai fait tout mon possible pour entrer à Ex Machina, où je suis resté environ 3 ans, au début en stage puis de nuit et enfin de jour. J’en garde un excellent souvenir, en particulier grâce à mes mentors Jean Colas (qui m’a appris à faire un bon éclairage 3 points, avant de partir travailler sur l’épisode 1 de STAR WARS) et Jérome Gordon (en modeling).
À cette époque, les anciens avaient une réelle volonté de transmettre !

Comment est-ce que Digital District s’est retrouvé impliqué sur ce film?
Très naturellement, les films de Bruno se font à Digital District. Avant, ils se faisaient à La Maison, maintenant chez Digital, il est comme à la maison.

Comment s’est passée la collaboration avec le réalisateur Bruno Aveillan?
Très bien, on a l’habitude de travailler ensemble, on connaît nos attentes respectives.

Quelle était son approche des effets visuels?
Bruno travaille les effets avec une vision plus compositing que 3D, mais il en connaît très bien les possibilités. Bruno n’imaginait peut-être pas pouvoir intégrer autant de 3D dans le film, mais avec les bijoux, le léopard, l’avion, les mattes 3D, etc., la proportion a finalement pris de l’ampleur.

Quel matériel avez-vous utilisé sur le tournage pour récupérer toutes les informations nécessaires?
Sur le tournage le plus difficile est de ne pas gêner les équipes. C’est le responsable du tracking, Fred Meyer, qui a tenté de récupérer le plus d’informations possibles sur le tournage: en photo, distances, map HDRI avec notre robot, map en tous genres, vitesse de la caméra, …
On a aussi fait des grilles de déformation pour toutes les focales en anamorphique et en sphérique et une maquette spéciale track pour le tournage de l’éléphant.

Pouvez-vous nous expliquer la création des plans montrant la libération de la panthère?
Les éléments tournés ne permettaient pas de réaliser ces plans. Il n’est pas facile de mettre une vraie panthère dans la position d’une statue.
La création de la panthère a été un vrai challenge pour le superviseur de l’animation, Mathieu Royer. Pour la rendre vraiment féline, notre lead setup Jerome Caperan, a même poussé le vice jusqu’à en recréer les muscles.
La base de l’explosion a aussi été faite en 3D, car les éléments tournés faisaient plus poudre que diamant. Une fois la base 3D solide, les graphistes compositing ont fait un travail formidable d’intégration.

Comment avez-vous géré les particules et l’aspect brillant des diamants?
Mathieu Nègrel, le superviseur de l’équipe fx, a fait les setups de l’explosion de la panthère.
L’aspect brillant a été réalisé grâce à un shader de diffraction maison très rapide, sous mental ray, qui nous a permis de bon rendu de diamant.

Avez-vous créé une version numérique de la panthère pour certains plans ou actions?
Oui, évidemment pour l’explosion de la panthère, mais aussi sur l’avion et dans Paris.
Beaucoup d’autres plans ont été intégrés dans la version réalisateur, qui sortira bientôt, j’espère.

Comment avez-vous recréé St-Pétersbourg pour cette séquence?
Pour cette séquence, les graphistes de Digital District ont utilisé la technique du Matte-Painting, qui consiste à recréer un décor qui n’existe pas au tournage et qui est ainsi peint en 2D.
Après une phase de recherche iconographique permettant de créer un décor au plus près de la réalité, les graphistes passent le matte en 3D et le découpe en plusieurs plans pour obtenir une véritable interaction, avec effet de parallaxe, qui permet de créer le mouvement caméra (le pont, les poteaux, les statues et une partie de l’arrière-plan sont ainsi préalablement modélisées en 3D).
Cette spécialisation de l’espace se conjugue au compositing dans cette séquence.
Le matte-painting a également été utilisé pour une partie de la séquence Love et du ” Tête à tête avec le Dragon Céleste ”, ainsi que pour la scène se déroulant à Paris.
Trois mois de travail ont été requis pour la seule phase du matte-painting.
Les plans de St-Pétersbourg sont en fait tournés sur un aéroport. Tous les décors sont des extensions numériques. Les graphistes qui ont fait les mattes, on fait du très bon travail mais la grosse différence entre ce film et un autre, c’est que tous les mattes ont été spécialisé soit avec les équipes de compositing soit en 3D avec des cammap, ce qui les rend encore plus vivant.

Pouvez-vous nous expliquer plus en détail la création des bracelets roulant dans la neige?
Une partie des bracelets est en full 3D. Les autres sont des maquettes échelle 1:4 sur lesquelles on a remis des anneaux 3D pour ajouter des réflexions.

Pouvez-vous nous expliquer en détail la conception et la création du superbe dragon?
Pour déterminer l’esthétique du personnage du Dragon, une recherche visuelle dessinée est préalablement nécessaire. Après validation des proportions, éléments physiques et couleurs, le character designer cède sa place aux modeleurs, animateurs, setupeurs pour ensuite terminer par les phases habituelles de texturing, lighting, shading etc.
Grâce à cette étape de setup, les éléments constitutifs du personnage céleste, tels que les écailles, atteignent ainsi un niveau de mouvement optimum d’indépendance du corps général, révélant une créature merveilleuse à l’aspect authentique.
Le design a été réalisé par Stephane Levalois. Un certain nombre d’allers-retours entre Bruno et Cartier ont été nécessaires pour que notre création reflète parfaitement l’esprit des bijoux de la marque.

Comment avez-vous géré l’interaction du dragon avec la montagne?
On a tourné beaucoup d’éléments de gravats. Mais pour une meilleure intégration, on a fait aussi beaucoup de fx d’éboulis de pierres, de fumée, de poussière, etc.

Quel était le plus gros challenge pour vous dans la séquence avec l’éléphant et le planeur?
Le plus difficile dans la séquence de l’éléphant a été de refaire entièrement le dos pour que le palais puisse vraiment faire partie du dos.

Pouvez-vous nous parler de la création du palais sur le dos de l’éléphant?
Pour pouvoir intégrer le palais sur l’éléphant, il nous a fallu recréer entièrement son dos et animer les déformations de la peau.

Comment avez-vous géré les plans de la panthère sur le planeur?
C’est un mix de léopard 3D et d’autres tournés sur fond vert.

Pouvez-vous nous expliquer la création de Paris de nuit?
Beaucoup de travail de matte-painting et de recherche graphique en compositing pour trouver le look de cette séquence. Ce fut bizarrement une séquence plus compliquée que prévu. Le résultat nous transporte bien dans un Paris revisité.

Avez-vous développé des outils pour ce projet?
Un des leads que je n’ai pas encore cité, mon ami Marc Dubroi, qui a partagé la supervision du film, s’est occupé du layout et des outils workflow en tout genre.
Il a développé des outils de découpe de plan pour être très réactif lors d’un nouveau montage, des outils de pipe dans Maya et des outils de communication permettant aux artistes de publier facilement des vidéos dans Shotgun. Un excellent travail, sans lequel le film n’aurait pu exister!
En temps que superviseur du studio, je me suis occupé de superviser le rendu, j’ai fait le shave et le shading puis le rendu du léopard… qui m’a pas mal empêché de dormir !

Que gardez-vous de cette expérience?
Une très belle expérience humaine. J’ai la chance de pouvoir choisir mes équipes et je peux dire que là, c’était ma dream team.

Combien de temps avez-vous travaillé sur ce film?
6 à 8 mois avec la pré-prod mais 2 mois plus durs à partir du montage déf.

Quelle était la taille de votre équipe?
Plus de 50 personnes ont travaillé sur la post-production de L’ODYSSÉE DE CARTIER.
Sept mois de travail de post-production ont été nécessaires pour ce film. Trois mois pour chaque phase de montage.

Combien de plans avez-vous faits?
Personnellement environ 35.

Quel est votre prochain projet?
Je suis actuellement sur le nouveau film de Bruno, un film Chanel.

Quels sont les 4 films qui vous ont donné la passion du cinéma?
Bien sûr les premiers qui m’ont transmis la passion des effets spéciaux sont TRON, RETOUR VERS LE FUTUR, et autres films fantastiques.
Mais j’ai des goûts assez éclectiques, j’ai été très sensible à des films aussi différents que NO COUNTRY FOR OLD MEN des frères Coen, THERE WILL BE BLOOD de Paul Thomas Anderson ou encore LA JETÉE de Chris Marker.

A big thanks for your time.

// EN SAVOIR PLUS ?

- Digital District: Page spéciale L’ODYSSEE DE CARTIER sur le site de Digital District.[/lang_fr][lang_en]Can you explain your background?
My background is that of a self-taught.
I started wanting to made computer graphic at my second class after meeting a passionate guy. We did our first movies with 3D Studio 2.0 under DOS. Two years later, we had an Silicone Graphics with Alias and then came the revelation!
Once I had enough pictures to present, my goal was to integrate a true VFX company to train myself professionally.
I did my best to enter at Ex Machina, where I stayed for about 3 years, it was an internship at the beginning then on nightshift and finally on dayshift. I kept great things of it, especially thanks to my mentors Jean Colas (who taught me to make a good 3 point lighting, before he worked on episode one of STAR WARS) and Jerome Gordon (in modeling).
At that time, the ancients had a real desire to pass the knowledge!

How did Digital District got involved in this film?
Very naturally, the films of Bruno are made at Digital District. Before, they were at La Maison. Now at Digital, he is at home.

How was the collaboration with director Bruno Aveillan?
Pretty good, we usually work together, we know our expectations.

What was his approach to visual effects?
Bruno works with the effects that a more 3D compositing, but he knows very well the possibilities. Bruno never imagined may not be able to integrate as many 3D in the film, but with the jewelry, leopard, airplane, etc. 3D mattes, the proportion has finally gained momentum.

What materials did you use on set to retrieve all necessary information?
On the set the more difficult is not to interfere with the teams. The guy in charge of the tracking, Fred Meyer, tried to get as much information as possible about the location filming: with photo, distances, our robot with HDRI map, map of all kinds, camera speed, …
We also made deformation grids for the lenses in anamorphic and spherical as well as a special model to help the tracking for the shooting with the elephant.

Can you explain the shots creation showing the release of the panther?
The elements shot did not allow to do these shots. It is not easy to put a real panther in the position of a statue.
The creation of the panther was a real challenge for the animation supervisor, Mathieu Royer. To make it truly feline, our lead setup Jerome Caperan has even gone as far as to recreate the muscles.
The basis of the explosion was also made in CG, because the elements filmed looks more powder than diamond. Once the basic 3D good enough, the compositing artists have done a tremendous job of integration.

How did you handle the particles and the shiny aspect of the diamonds?
Mathieu Negrel, the team fx supervisor, made the setups of the panther explosion.
The shiny aspect was achieved through a in-house diffraction shader that is very fast, in Mental Ray, which allowed us to made good render for the diamonds.

Have you created a digital version for the Panther for some shots or actions?
Yes, of course, for the explosion of the panther, but also on the plane and in Paris.
Many other shots were incorporated in the Director’s Cut version, to be released soon, I hope.

How have you recreated St Petersburg for this sequence?
For this sequence, the artists at Digital District used the Matte Painting technique, which is to recreate a scene that does not exist at the shooting and is painted in 2D.
After a phase of iconographic research to create a setting as close to reality, artists transforms the matte in 3D and cut it into several plans for effective interaction with parallax effect, which creates camera movement (the bridge, columns, statues and part of the background are previously modeled in 3D).
This specialization of space combines compositing in this sequence.
The matte painting has also been used for part of the Love sequence and also for “Head to head with the Celestial Dragon,” and for the scene set in Paris.
Three months of work were required just for this phase of matte painting.
The shots of St Petersburg are actually shot at an airport. All the sets are digital extensions. The artists which have made those mattes are doing a great job but the big difference between this film and another one is that all mattes were specialized either with compositing teams or CG teams with cammap, making them more alive.

Can you explain in more detail the creation of bracelets rolling in the snow?
Some of the bracelets are in full CG. Other are 1:4 scale models on which we put CG rings to add the reflections.

Can you explain in detail the design and creation of the beautiful Dragon?
To determine the aesthetic character of the Dragon, a drawn visual search is a prerequisite. After validation of the proportions, colors and physical features, the character designer gives way to the modelers, animators, setupers to finally ends with the usual phases of texturing, lighting, shading etc..
With this setup step, the components of the celestial character, such as scales reach an optimum level of independence movement of the general body, revealing a wonderful creature with an authentic look.
The design was created by Stephane Levalois. A number of back and forth between Bruno and Cartier were necessary to be sure that our creation embodies the spirit of jewelry brand.

How did you handle the interaction of the Dragon with the hill?
We shot a lot of element of rubble. But for better integration, it was also a lot of fx of rock falls, smoke, dust, etc..

What was the biggest challenge for you in the sequence with the elephant and the plane?
The hardest part of the sequence of the elephant was completely recreate his back to be sure that the palace can really be part of the back.

Can you tell us about the creation of the palace on the back of the elephant?
To integrate the palace on the elephant, we had to completely recreate his back and animate the deformation of the skin.

How did you handle the shots of the panther on the plane?
It is a mix of CG leopard and other shot on a greenscreen.

Can you explain the creation of Paris at night?
There is lot of matte painting and graphics research in compositing to find the look of this sequence. Strangely, it was a sequence more complicated than expected. The result takes us well in a Revisited Paris.

Have you developed new tools for this project?
One of the leads that I have not mentioned yet, my friend Marc Dubroi, who shared the supervision of the film, handled the layout and workflow tools of all kinds.
He has developed tools for cutting the shots to be very responsive when a new edit comes, pipeline tools in Maya and communication tools for artists to easily publish video in Shotgun. Excellent work, without which the film would not exist!
As supervisor of the studio, I was busy to oversees the render, I did the shave and the shading and then the rendering for the leopard… which kept me quite awake!

What do you keep from this experience?
A beautiful human experience. I have the chance to choose my team and I can say that there, it was my dream team.

How long have you worked on this film?
6 to 8 months with the pre-production but 2 harder months since the final edit.

How big was your team?
Over 50 people worked on the post-production for L’ODYSSEE DE CARTIER.
Seven months of post production work were necessary for this film. Three months for each phase of assembly.

How many shots have you made?
Personally about 35.

What is your next project?
I am currently on the new Bruno film, a Chanel film.

What are the four movies that have given you the passion for cinema?
Of course the first who gave me the passion of the special effects are TRON, BACK TO THE FUTURE, and other fantasy films.
But I have fairly eclectic tastes, I was very sensitive to films as diverse as NO COUNTRY FOR OLD MEN by the Coen Brothers, THERE WILL BE BLOOD by Paul Thomas Anderson or LA JETÉE by Chris Marker.

A big thanks for your time.

// WANT TO KNOW MORE?

- Digital District: Dedicated page about L’ODYSSEE DE CARTIER on Digital District website.[/lang_en]

// L’ODYSSEE DE CARTIER – BRUNO AVEILLAN

// L’ODYSSEE DE CARTIER – CREDITS

Post producteurs
NATALY AVEILLAN
MATTHIEU LAUXEROIS

Story board
Rough man
FRED REMUZAT

Designer dragin et panthère bijou
STEPHANE LEVALLOIS

Recherche graphique Saint-Petersbourg et Chine
FRANÇOIS PEYRANNE

Monteuses
CORALIE RUBIO
FRED OLSZAK

Monteur adjoint
ANTHONY ORNECQ

Assistant monteur
REMI NONNE,le bocal

Flame Superviseur
BRUNO MAILLARD

Flamistes
MICHAEL MARQUES
JONATHAN LAGACHE
ERIC ALCUVILLA
INGMAR RENOUARDIERE

Compositing Superviseur
VINCENT GUTTMAN

Graphistes
JOHANNES BELLAROSA
PENELOPE VAN DE CAVE
FREDERIQUE VAUTEY
MORGAN VANORA
JEANNE LOYER
MATHIEU GIRARD
MIKAEL LYNEN
SYLVETTE LAVERGNE
AURELIEN TEURLAI
FRANÇOIS POUPON

Matte-Painters
THIEN-CO PHAM KE
DELPHINE VAN BAY
JUSTINE GASQUET
ADRIEN ZEPPIERI

Conformation
JEAN_MATTHIEU SENECA

Tracking 3D Superviseur
FRED MAYER

Graphistes
XAVIER GOUBIN
PIERRE PILARD

Lead layout, Lead pipeline
MARC DUBROIS

Modeling / Layout Graphistes
MATHIEU BRIOLAT
BENOIT ROEKENS
PAULINE GIRAUDEL
JULIEN ROGUET
ROMAIN CARLIER
NICOLAS MARTIN

Lighting/Shading/Rendering Superviseur
BENOIT REVILLOD

Graphistes
NICOLAS BRUNEAU
OLIVIER OSOTIMEHIN
AXEL MORALES
CELESTIN SALOMON
ARNAUD JOLI

SETUP Superviseur
JEROME CAPERAN

Graphistes
SEBSTIEN DRUILHE
JEAN_BAPTISTE CAMPIER

Lead animation
MATTHIEU ROYER

Animation Superviseur
MATTHIEU ROYER

Graphistes
SEBASTIEN KUNERT
DAVID LAPIERRE
JULIEN BOUDOU
LAURENT PANDACCINI
GABRIEL GELADE

SFX Superviseur
MATHIEU NEGREL

Graphistes
LUCIE CASALE
THOMAS EID
NICOLAS ZVOROWSKA





© Vincent Frei – The Art of VFX – 2012

2 Comments

  1. Trés intéressant et bien illustré, un grand bravo à toute l’équipe qui à mis tout son talent au service de cette magnifique pub de bruno Aveillan.

  2. Amazing Work.. really love your blog … the detailed jewel breaking shot was really planned and executed nicely.Great to see the amount of VFX work going n all over the world ..especially outside Hollywood. Even here in India the quality of VFX is increasing exponentially.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*